Articles Tagués ‘Michelin’


Mise à jour le 21/06/2012

ENCORE EN CONDITIONS  EXTREMES !!!

 Allez cette fois-ci direction Langeais pour la Troglodyte qui aurait dû s’appeler la Rando-Gadoue Printanière ! Le parking est déja blindé, je suis arrivé sur place vers 8H10. Je prépare le Cotic avec ses phares car il y a un passage de cave que j’adore. Je paie l’inscription et je part à 8h20.Je part pour le circuit 68 km.

On longe un lac sur notre droite, mais avec tout cette plui on avait l’impression qu’un autre lac c’était formé sur notre gauche ! Et evidemment , chemin innondé. On arrive devant la cave, j’allume les phares et pénètres dans les entrailles de la Terre. Il faut suivre une ligne blanche au sol. Certain virages sont très sérrer et la ligne est parfois difficile a voir car le tuffaut est de couleur crème. Plusieurs fois j’ai éviter la collision avec les parois :D. En ligne droite j’accélère, je descend les pignons jusqu’au prochain virage avec , en prime , un gros freinage. Le parcours en cave est de 2km environ mais on a l’impression d ‘en faire +. La sortie de cave s’approche et on l’aperçois . Je double gentillement un groupe de VTTistes sur la gauche. des bandes plastique faisant office de coup-vent ( comme dans les grandes surfaces pour accéder a la résèrve )  on été relevé mais seulement sur la moitié. Je me dit que je vais les franchir, le plastique semblant souple. BAM, et ben non, le plastoc est plutot dure, je m’en suis pris un en pleine poire ! 😀 Bilan : visière du casque arraché. J’ai pû la reclipser. La caméra qui était fixé sur le casque n’a rien. .

Allez , sortie de cave, extinction des phares et on part pour la suite du circuit. Les chemins sont blindés de flotte et de boue ! c’est que ca sur des dizaines de bornes. Un long ruisseau à traverser , pas très facile car le fond c’est plein de caillasses, mais qu’est ce su c’est terrible ! 😀  Perso, ca me plait bien ! 😀 Ca ne m’empeche pas de rouler à une allure élevée . 1er ravitaillement au bout de 13 km, trop court pour moi, je remplis ma gourde et je repart aussi tôt. La suite toujours le meme programme  : flotte , boue et de jolie glissade en virage 😀 ! Les descentes se font dévallent très rapidement, l’eau ayant chassé la boue, le sol est dure, donc permet une bonne vitesse. Je rattrape Sébastien sur le parcours et faisont quelques km ensemble jusqu’au Essards, puis je reprend le large.

Il y avait de nombreux passage de flotte à traverser, c’est pas mal, ca permet de laver le vélo. Voici un conseil pour franchir des chemins inondées. Rouler à allure modérer pour éviter la chute avec le contact de l’eau , surtout si elle est profonde. Choisissez une vitesse pas trop dure et pas trop molle, il faut qu’en meme un minimum pour une éventuelle relance, comme par exemple un contact avec des caillasses. Enfin rester en ligne droite car souvent dans ces chemins se trouvent des ornières . Donc évitez que Mère Nature vous force à prendre un bain ! 😀

La suite se révèle très ( trop ) roulante jusqu’a Bourgueil on l’on contourne la butte des Guérinière. Des Essards jusqu’au ravito suivant , pas mal de roulant. J’effectue la boucle pour les grands circuit dont le 68. Alléz je m’arrete au ravito. David, Sébastien, Ludovic Clément et Daniel me rejoignent également. Eux sont surpris de ma tenu refaite avec du torchis, enfin de la boue pour etre plus clair 😀 Le torchis c’est pas sur les fringues ca isole du froid et c’est écologique ! :D.

Trève de plaisanterie, nous repartons ensemble, certain filent sur le 46 et Sébatien et moi meme sur le 68 et 56 km. ON roule ensemble, sur le bitume, j’augmente le rythme. J’aperçois Seb au loin , mais il a l’air de tenir. 10km après le dernier ravito, je retourne a celui-ci. Je me dit  :  » merde , j’ai merdé !  » Je demande et j’ai louper  quelques chose car j’étais cencé repassé au Essart ! Ok pas grave, je décide de rejoindre les Essard par le bitume. Allez c’est parti pour une scéance de bitume. Chose que je n’apprécie pas beaucoup mais pas le choix. Je roule à 30 km/h, je coupe au Pont Boutard et j’avais vu juste, le circuit passait bien par là et j’ai pu rejoindre le circuit normal. A noter après le bitume à 30km/h, ma moyenne était monté à 21,4 km/h de moyenne depuis le départ ! Là, encore une bonne scéance de boue, mais celle-ci, bien liquide et bien profonde que se soit en descente , plat et montée. Avec le passage, ca a bien fait travaillé le terrain. Dans certain cote avec mon Michelin Wildracer à l’arrière, il c’est averé trop juste ( normal pour un pneu pour terrain sec ), donc je passait à pied.  On repasse par un passage déja emprunté un petit goullet bien sérrer en lacet et bien boueux. Je met peu de frein dans cette situation , c’est passé nickel. Je rejoins le dernier ravito.

Après ce ravito, on se rapproche de Langeais, donc là, le circuit se révèle moins roulant et + de boue comme au début, tant mieux :D. Sous le passage de l’autoroute, en légère descente et en courbe, je suis passé très très vite, surtout qu’en sortie de virage, ca glissait et je suis passé sur une plaque en béton protègeant une buse pour la circulation de l’eau de pluie. Après ce ravito, on se rapproche de Langeais, donc là, le circuit se révèle moins roulant et + de boue comme au début, tant mieux :D. Sous le passage de l’autoroute, en légère descente et en courbe, je suis passé très très vite, surtout qu’en sortie de virage, ca glissait et je suis passé sur une plaque en béton protègeant une buse pour la circulation de l’eau de pluie. La forme est toujours là, je tape dans mes résèrves, tant qu’a faire, je maintiens une vitesse élevé, mais en déscente, boue ou pas boue…. et en montée. Dans une monté oû pas mal de gens était a pied, je suis passé sans problème. Je remercie touts ces gens à ce moment pour s’etre écarté après leur avoir dit que je montait. Vers la fin , un passage que j’adore qui se trouve après une ferme avec des chèvres, pareil beaucoup de boue , peu de frein je passe sans trop réfléchir. Adhérence précaire, pas de problème je gère. La rivière, 1ere fois que je la voyait en eau. La cote au bout, balèze par contre, en sec sa passe mais là… j’ai abdiqué. Une fois en haut, je repart aussi sec vers la dernière déscente, la descente du Frou ! 😀 Ca j’aime bien 😀 . Cette descente est bien raide avec des virages à 90 degrées. Je m’engage dans celle-ci, gros freinage au bout je raccélère et 2eme gros freinage. 0 l’accélération, je me fais surprendre pars des grosses pavasses dans la trajectoire, j’en esqive une mais pas l’autre, elle me déséquilibre et me fait éjecter de vélo. Par grave , je ai rien et je termine ce passage et je rejoind l’arrivée .

A l’arrivé, je ne passa pas inapercu avec ma tenu torchis ! 😀 Les orga se dirgent vers moi, pour une photo, puis me demander quel circuit je viens de faire. Je leur dit que j’ai fait le 68 km , mais je me suis planté a un endroit, j’ai fais 10 bornes de + ! Soit 78 km ! Les orgas étaient très surpris qu’une personne ( voir d’autre qui se soit planté également ) fasse 78 km en une matinée. Surtout que pour ma part, je n’aime pas les longues distances. Mais sachant que le terrain était assez roulant et que j’était en forme, ca ne m’a pas empeché de les faire ces 80 bornes ! Pour info mon circuit d’entrainement fait 48 km ( sans le retour par la route , soit 7km ) avec un D+ de 912m. Mon circuit en sec est plus balèze que 80 bornes à Langeais en conditions très humides. Pour ceux qui ne le savent toujours pas, je roule toujours en monoplateau.

Voila pour cette rando très boueuse. Après avoir fait Bréhémont puis Langeais, plus rien ne peux nous arreter pour le reste de l’année! 😀 Mais cela change de rouler dans la boue, les sensations ne sont pas les même que sur le sec, ca permet de pimenter les sorties ! 😀  Comme a Bréhémont , il y avait moins de participants . Merci à eux d’avoir braver la boue, preuve que cela n’arrete pas tout le monde.

Coté matos, il prend qu’en même cher, mes 2 paires de plaquettes sont mortes ( elles avaient 940 km) et un roulement de pédalier installé recemment ( un ancien roulement qui était stocker en cas d’urgence , il a  5000 km, mais était bon )  ,c’est grippé. Pareil pour le jeu de direction ou pas mal de trace de corrosion était présent.

LES CHIFFRES :

_78,05km
_3h50m
_20,36 km/h de moyenne
_41,69km/h vitesse max
_81 T/m en cadence de pédalage moyen
_859 m de D+

LIENS :

Vous retrouverez ici le compte rendu des sentiers langeaisiens : http://sentierslangeaisiens.fr/

Et celui de Batarami37 : http://batarami37.wordpress.com/

LA VIDEO :

Voici, avec du retard la vidéo de Langeais : https://vimeo.com/44416056

LES PHOTOS :

Galerie de photos des membre de l’AC Bourgueil présent à cette rando.

Publicités

Mis a jour : 08/07/2014

Voici un descriptif de ce nouveau pneu Michelin sorti fin 2011.

Pour ma part , j’ai monté le WildGrip’r Advanced en section 2.10 pour un montage avant sur mon Cotic Soul pour favoriser l’adhérence et le grip latéral. Une fois le WildRace’r arrière usé, je vais peut etre mettre un Wilgrip’r en 2.00. J’ai une copine possèdant des WilGrip’r avant-arrière en 2.10 et 2.00. Je transmettrai ses ressentis sur ces Michelin.

Depuis le 6/06/2012, un WG2 en 2.00 est monté à l’arrière, ca va me permettre de testé le rendement, la solidité et l’usure.

PRESENTATION :

Le Wildgripe’r 2 est monté sur mon acier depuis janvier 2012. J’ai monté ce modèle à l’avant pour favoriser le confort, l’adhérence sur terrain défoncé, grâce à une pression plus basse et aussi pour favoriser l’accroche en latéral, idéal pour les dévers et les prises d’angle.

L’arrière permet une bonne adhérence et accroche  sur tout type de terrain et d’augmenter le grip afin de passer un peu plus vite sur des terrains + ou – défoncés. J’ai mis un 2.00 pour ne pas défavoriser le rendement.

La carcasse : 

Coté carcasse et gomme, le WildGriper 2 possède une carcasse de 110 TPI ( pour rappel, c’est le nombre de fils par pouce, plus le chiffre est élevé, plus le pneu est léger et fragile , à l’inverse plus le pneu est lourd et solide. Les anciennes gammes étaient en 127 TPI, don en 110, il est peu plus lourd mais un peu plus solide ), un bon compromis je pense, entre solidité et légèreté. Seule la version en 29 pouces est en 60 TPI et pas de données pour la version 2.35 Reinforced.

La gomme :

La nouvelle gomme Gum-X séries se compose d’un nouveau mélange de gomme pour 2012. En fonction de la largeur, la gomme est plus tendre et utilise 2 densités de gomme au centre et sur les cotés ( sauf le 2.00 ).

*Voici les dureté de gomme suivant les sections :

_ 2.00 : 59A au centre et en latéraux.

_2.10 : central 64A, latéral 59A.

_2.25 : central 59A, latéral 55A

_2.35 : 55A en central et latéral

_29 pouces x 2.00 : central 64A, latéral 59A.

Ce système de double densité de gomme en central et latéral , puis en fonction de la largeur, permet de favoriser le rendement avec une gomme plus dure au centre et une usure plus faible , et en latéral un gomme plus souple permet une meilleur adhérence latéral. En règle général plus le pneu est large plus on roule vite selon les pratiques ( en Enduro , on roule plus vite qu’en XC ) et faut donc favoriser l’adhérence grace à des gommes plus tendres.

Les sections :

La section d’un pneu varie selon la largeur de la jante, plus la jante est large, plus le pneu aura un meilleur déploiement donc une meilleur adhérence et permet aussi de prendre une section plus faible, donc du poids d’économiser. La pression varie également la section du pneu.

Comme je l’ai fait sur le post du pneu Michelin WildRace’r , ( voir ici : https://metalrutilant.wordpress.com/2012/01/16/pneus-michelin-wild-racer-advanced-2-00/ ) je vais vous donner mes propres chiffres sur les sections du WildGripe’r en 2.00 et 2.10 sur 2 types de jantes différents.

*Voici les chiffres :

_Sur une jante ZTR podium MMX, largeur interne de 21,4mm avec une pression de 1.4 bars ( perso , je met 1.2 bars ), en section 2.10,  la largeur du pneu est de 53,3    mm. La norme ETRTO l’annonce à 54 mm.

 En 2.00 sur une jante Podium MMX  avec une pression de 1,4 bars, la largeur du pneu est de 48mm. La norme ETRTO l’annonce à 52mm, il en manque 4.

_Sur une jante ZTR Alpine, largeur interne de 20 mm avec une pression de 1.4 bars, en section 2.00, la largeur du pneu est de 47mm .La norme ETRTO l’annonce à 52 mm, Là, effectivement, ca fait une belle différence ! Le pneu n’a que 15mm , on verra par la suite si il a pris sa forme final ou pas.

En comparaison, le WildRace’r en 2.00 sur une jante de 21,4mm de largeur , la largeur de ce pneu est de 50mm. Ca fait une belle différence et faudra pas à monter en section pour une bonne largeur. Le WildGripe’r en 2.00, qui fait 47 mm de largeur permet surtout un  rendement plus élevé et un bon comportement dans la boue. En gros, cette section peut etre interessante dans des conditions boueuses.

*Les poids :

Coté chiffre, en section 2.10, il pèse 510 grammes, ce qui est très correct.  Voici le reste des poids selon les modèles ( poids Michelin, sauf le 2.00, 2.10 et 2.25qui sont des chiffres obtenu par mes soins )

_2.00 : 482 grammes.

_2.10 : 510 grammes

_2.25 : 560 grammes

_2.35  : 970 grammes ( Reinforced )

_29 x2.00 : pas de chiffres

Les crampons :

Les crampons sont plutot bien espacés , avec un profil agressif. Les crampons centraux sont conçus pour une bonne adhérence en frontal en montage avant, et en montage arrière , donc inversé permet un bon grip et une bonne adhérence dans tout type de terrain plus ou moins boueux et roulant et cassant. Les crampons latéraux se trouvent assez bas, pour ne pas pénaliser le rendement du pneu . Ces crampons sont aussi assez espacés et profilés. La forme de ces crampons sont optimisés pour un grip maximal en latéral , car ils sont conçus pour qu’ils se déforment sans augmenter l’usure.

Quelque chiffres sur la hauteur des crampons sur les modèle 2.00 et 2.10

_Crampons centraux : 3 mm

_Crampons extra centraux : 3,5 mm

_Crampons latéraux : 5 mm

En 2.25 : 

_Crampons centraux : 3.3 mm

_Crampons extra centraux : 4.2 mm

_Crampons latéraux : 5mm

Le montage :

En Notubes, il est assez compliqué à faire claqué, le top c’est le compresseur, avec ou sans obus. Bien savonner les tringles pour une meilleur étanchéité, mettre 40 grammes de produit ou plus selon les sections et gonfler au compresseur (Attention à ne pas dépasser les 2.3 bars de pression si vous avez des jantes ZRTR Podium MMX ). Pour la pression, n’hésitez pas a gonfler peu, j’ai remarqué que les carcasses Michelin sont assez dures et permettent une plus faible pression des pneumatiques.

Par la suite, quand les pneus commencent à vieillir, il est possible de  le gonfler  avec la pompe à pied si vous avez enlevé le pneu.

Sur le terrain :

Monté sur mon Cotic Soul en montage avant, je peut seulement vous faire parvenir mes ressentis dans ce montage.

Quand on est assis sur son VTT, on voit bien les crampons du pneu, cramons qui mettent en confiance, surtout en latéral. Allez, on rentre dans le vif du sujet . Testé dan un 1er temps sur terrain sec voir peu humide, je peux vous dire que ca grip sévère en latéral ! Sur un virage plein de feuilles, j’ai pris de l’angle pour le poussé, ben rien ca à toujours accroché, pareil sur des virages qui ferment moyennent mais qui se prennent bien avec une bonne vitesse , ces virages se composant de terre dure légèrement en dévèrs, les WilGripe’r mettent en confiance, le grip latéral est bien présent sur des terrain sec , voir légèrement humides. Ce modèle grop très bien aussi dans les ornières, cela évite de glissés dès qu’on se loupe dans une satané ornière. J’ai fais une compet’ le 4 mars ( championnat départemental du 37 ) dans des conditions bien boueuses. Sur l’herbe humides et en virage, avec une bonne vitesse , j’ai pas réussi à le faire décrocher. Dans un virage un peu con je me suis par contre bien rétamer la gueule ! C’est le seul endroit oû le pneu à décrocher. Mais il y avait pas loin de 1 à 2 cm de boue en surface, le dessous était dure, donc la glissade était peut etre inévitable. Dans les virages serrer , lent composé d’une espèce de tourbe, aucun problème, on peut planter les crampons latéraux en tout confiance. J’ai également remarqué un bon débourrage du pneu.

Voici mes ressentis en montage arrière.

Cela fait plusieurs mois que je roule avec le W2 Advanced en taille 2.00. Il taille un peu plus petit que le Wracer en 2.00. Je l’ai mesuré à 49.5 mm avec une pression de 1.6bars. le profil du pneu est bien rond, donc le rendement doit etre supérieur au Wracer2.

Sur ler terrain, j’ai été surpris de l’emmener facilement malgré les crampons. On se rend bien compte que le rendement est excellent.Les crampons centraux font bien leur taff , en relance on sen bien le grip qu’on leur impose.  En cote, meme raide,, il accroche bien le sol et ne décroche pas. Comme en montage avant, l’accroche latéral est au rendez-vous, on peut mettre de l’angle sans problème le grip est là. 

Sur les terrains meuble à boueux, il se comporte bien, le grip latéral et le grip des crampons centraux ne sont pas de trop dans ces conditions. En cote dans ces conditions , peu de décrochage on appuie et il grimpe. Par contre dans de la bonne grosse boue, il atteint très vite ses limites.  Ah oui , le débourrage est aussi un point fort de ce pneu.

Autre point que j’ai remarqué ( mais par contre n’engage que moi donc c’est plus un choix personnel ), un pneu moins large est également moins haut. Donc on met une pression plus élevé. Moi je roule en basse pression, 1.3 bars à l’avant et 1.5-1.6 à l’arrière, et en descente caillouteuse, cette pression à l’arrière jumelé à une hauteur de pneu moins haut, j’ai tendance a faire taper la jante sur les obstacles ! Quand j’avais le Wracer en 2.00 ( qui taille un peu plus gros ) je n’avais pas se problème, pourtant je lui mettais une pression de 1.4 bars ! Si je met plus d’air dans le WG2 je perd en rendement , en grip et confort. Donc ce que je vais faire, je garde ce modèle pour le finir et faire un point sur l’usure pour le remplacer par le WG2 en taille 2.10 ou alors remettre un Wracer2 en 2.00 qui taille un peu plus gros que le Wg2.

Pour conclure, le Michelin WildGriper 2 est un excellent pneu polyvalent et tout temps. Il montrera ses limites dans des conditions boueuses dantesques. Grace à son profil plus rond que le modèle Wracer2 , le rendement est un cran au dessus malgré des crampons plus présent, tout comme l’accroche latéral. Je n’ai pas rencontrer de gros problèmes avec ce pneu et meme avec le Wildracer depuis que je suis repasser chez Michelin en juillet 2011. pas de déchirure sur les flancs, pas de crevaisons instantanées, pas de crampons arrachés. Seuelemnt quelques crezvaisons lentes rebouchés grace au produit préventifs , mais le pneu increvable n’existe pas.

Usure :

Voici mon 1er Wildgrip’r 2 HS, il s’agit de l’arrière en taille 2.00. Ce pneu a été monté le 08 juin 2012 et a été remplacé ce jour le 27 septembre 2012. Ce Michelein à parcourue 2001 km. Voyer la photo du pneu arrière, il est qu’en meme bien entammé, faut dire que je n’éonomise pas les pneus, je “tape dedans !” Le crampons centraux mesurent après usure 1 mm ! Ce pneu a été remplacé par le meme mais en taille 2.10 pour plus d’adhrénce en descente, de confort et de grip dans les partie qui tabasse.

L’avant aussi a été remplacé par un 2.10 neuf car l’ancien je l’ai mis à l’arrière pour le finir et d’avoir un grip maximal en position avant. Ce pneu en montage avant a été monté le 20 janvier 2012 et a été remplacé ce jour, il a parcouru 3429 km. Les crampons centraux avec usure mesure 2 mm. Ce Wildgrip’r à qu’en meme pas mal morfler quand on tape dedans. mais ca va , il a bien résisté. A noté aussi l’apparition de petites craquelures autours des crampons centraux et extra centraux. Ces craquelures ne concernent que le modèle avant, l’arrière, il n’a pas eu le temps d’en avoir ! 🙂

Il y a 15 jours, j’ai eu une grosse surprise avec le WG2A en 2.25 à l’arrière. Bah pas de bol , sur un petit sentier joncher de feuilles et branches, je roulaus vers les 17 km/h et PLAF !! Pneu completement à plat en quelques secondes ! Je me ‘arrette et je constate qu’un satané bout de bois a transpercé le pneu ! Ca fait chier, surtout que le pneu n’avait que 380 km.

Donc j’ai repris le meme en esperant que se soit un cas isolé.

J’en ai profité pour changer l’avant en préventif car les compets arrivent. Ce pneu à l’avant à parcouru 4 500km depuis le 15/02/2013. Je garde ce pneu en pneu de secours.

04/07/14 : La malchance continue ! 3e déchirure en 3 mois ! La version Advanced souffre de gros problèmes de solidité depuis cette année ! Il n’y a qu’a voir les mecs sur les forums qui n’ont que des problèmes avec cette gamme. Etonnant car en 2012 aucun problème. Ne pouvant pas me permettre de continuer a déchirer les pneus surtout en rando ou compet’, à contre-coeur, j’ai décidé de changer de marque 3 ans après etre repassé chez Michelin.

Photos :


Après 3 ans passé avec Hutchinson, Schwalbe et Onza, voici un retour chez Michelin oû j’avais roulé avec leur pneus environ 8 ans.

Ce retour au source, comme on peut le dire, met fin aux  déboires que j’ai eu  avec certaines marques, oû les problèmes de coupures des flancs, de crevaisons a répétition dû à la légèreté de certain modèles.

EN STATIQUE :

Juillet 2011, je décide de remplacer les Onza par des Michelin Wrace’r en technologie Advanced. Ce pneu en 2.00 ( je suis fan de cette taille, surtout pour l’arrière ) pèse 506 et 508 grammes ( avant et arrière , pesée par mes soins ). Les crampons centraux sont bas et évidées. Les terrains secs et le rendement lui sont pré-destinées.Les crampons évidée permettent une meilleur adhrénce sur le sol.  Les crampons latéraux sont bien présent et bien généreux, la prise d’angle est possible. Ce pneu est conçu pour les terrains secs voir un peu rocailleux.

Ce pneu tubetype est également compatible avec le montage Notube, c’éet à dire sans chambre à air mais avec liquide préventif. En montage Notube, il est assez délicat à faire claquer, une chambre ou le compresseur facilitera ce montage , surtout quand le pneu est neuf !

Ce pneu est conçu pour le XC et le AM, plusieurs largeurs est disponibles.

LES MESURES :

_Poids en 2.00 : 506-508 grammes ( poids constructeur 495g )

_Largeur ( monté sur Jante ZTR 21mm de largeur interne et pression de 1,8 bars ) : 2.00 _ 50/559 ( taille constructeur : 52/559 )

_Hauteur crampon centraux : 1,5mm

_Hauteur crampons latéraux : 4 mm

SUR LE TERRAIN :

Sur mon circuit d’entrainement les terrains sont assez  variés, il y a un peu de tout, caillasse, sable, boue, feuille, terre + ou – dur, racines etc… C’est un excellent test pour ces pneus, surtout par temps sec. Ma 1ere imùpression, c’est la dureté de la carcasse, les 1.6 bars à l’arrière et 1.4 bars à l’avant sont de trop dès que ca tabasse et c’est moi qui en fait les frais ! Je décide de baisser la pression de 0.2 bars dans chaque pneu. C’est mieux, meilleur confort et meilleur adhérence dans le défoncé.

L’accroche latéral est excellente, quand on prend de l’angle ca grip fort et ca met en confiance dès que la vitesse augmente. Par contre je remarque une gomme très légèrement trop dure, sur sol légèrement humide et dure le grip est moins présent. Les crampons centraux font bien leur job, rien à leur repprochés. Pour le rendement , il est dans la moyenne, sont profil manque de rondeur et on se retrouve vite a rouler avec les crampons se trouvant entre les centraux et les latéraux, ce qui a tendance a augmenté la sensation de ventouse. Mais cela reste acceptable

La solidité. C’est LE point fort de ce pneu, la solidité, en 8 mois de roulage, aucune déchirure sur les flancs, une ou 2 coupures sur le dessus ( mais le pneu est bien usé ), malgré les vitesses importantes en descente sur des caillasses, racines et autres terrains cassants. Coté crvaisons c’est du bon également, une épine planté sur le dessus ( elle y est toujours ) colmaté par le produit préventifs et 2 petites crevaisons lentes, mais je met très peu de produit ( 30-40 grammes ).

Coté usure , au bout du 4eme mois, il commençait à montrer des signes de fatigues et la compet du 15 octobre ne l’a pas arrangé, je suis du genre à « taper dans les pneus « . A part ca on peu atteindre les 6 mois de roulage pour les pilotes qui économise leur pneus . En montage avant, il est inusable.

USURE :

Voici un 1er constat sur l’usure de ce pneu.  Mon 1er Wracer étant usé, je peux vous communiqué la distance parcourue du Michelin., de juillet 2011 à janvier 2012, il à fait 2 900 km en « tapant dedans  » dans le jargon. En l’économisant on peut facile dépasser les 3000 km. Un bon point que Michelin ne nous avait pas habitué ! Pour info les modèles XCR Dry 2 en tubeless ( le modèle gris ) me fesait 1200km l’été et 2200 km l’hiver !

Donc , l’usure est très correct à l’arrière et pratiquement inusable en montage avant. Le WR en montage avant est inusable, il est depuis passé à l’arrière  pour le « finir ». L’avant se trouve maintenant le nouveau Wild Gripe’r 2 en 2.10

Photo prise à main levé, le pneu n’étant pas monté sur la roue pour la photo.


CONCLUSION :

Pour moi cela reste un bon pneu avec ses qualité et ses défaults, certe, ce n’est pas le plus léger mais il rempli bien sa mission qu’on lui donne. Ce que je retient chez ce pneu, c’est la solidité, le montage Notubes, l’accroche latéral est correct meme si je trouve les crampons latéraux un peu trop dure, poids acceptable. Le rendement est moyen mais reste acceptable. L’usure est également correct avec environ 3000 bornes de durée de vie sur terrain sec .

Prochainement, le pneu arrière sera remplacé par le meme qui se trouve à l’avant , et à cette position se trouvera le tout nouveau modèle WildGriper 2 en taille 2.10. L’arrière attendra l’usure total du Wracer.

PHOTOS :

Màj : 20/02/2012