Articles Tagués ‘conditions extremes’


Sport Nature BourgueilloisLes Samedi 18 et Dimanche 19 Mai, le Bourgueillois était placé sous l’effigie du Sport Nature. N’en déplaise à Zeus et sa météo plutôt capricieuse – pour le moins humide le dimanche -, l’événement a regroupé bon nombre de sportifs adeptes du sport en milieu naturel. L’organisation de ce Week-End Sps Nature en général, en particulier le VTT, le trail, la Course d’orientation, les RAIDS Multisports… Esprit de groupe et convivialité sont de la partie !
Le cadre du Bourgueillois apparaît comme dessiné pour l’événement : derrière le coteau où les vignes poussent et promettent les futurs crus, la forêt se dresse et offre de belles possibilités pour les amoureux de sports Nature. Bien que peu connue pour une région aux dénivelés dantesques, l’utilisation du coteau au maximum permet de formuler des parcours assez exigeants physiquement. Comme chaque année, les traceurs de l’équipe jalonnent le terrain à la recherche et l’ouverture de nombreux « single-tracks » ou monotraces, qu’ils soient ludiques et techniques, pour faire le bonheur des participants. Sur chaque parcours, de nombreux ravitaillements, équidistants, permettent à chaque sportif de reprendre des forces pour poursuivre l’aventure. L’équipe organisatrice, appuyée par de nombreux bénévoles, regroupe 60 personnes pour tenir de nombreux postes lors de ces deux journées dans un esprit d’échange et de convivialité.
Le Samedi 18 Mai, au départ du lieu-dit “Gravot”, siège du domaine viticole de Jacky Pitault, s’est déroulée la deuxième édition du Trail des « Grands 20 de Bourgueil ». Profitant d’une fenêtre météo stable, 400 coureurs de la région et au-delà, sont venus pour l’événement. Les 3 parcours de 9, 20 et 30 km se déroulent uniquement en « nature », à plus de 95 % sur de la terre. Les dénivelés conséquents sur les 3 parcours (600m pour le 30 km), le tracé mêlant de nombreux « single-tracks » et les autres portions ludiques et techniques ont énormément plus aux concurrents et font de cet événement une course unique pour la région. A l’arrivée, quoi de mieux que de pouvoir se restaurer avec des produits locaux ? C’est ainsi que chaque coureur pouvait, sur le village d’arrivée, se restaurer avec des fouées, déguster du Bourgueil et repartir avec une bouteille de ce précieux liquide offert par le Syndicat des Vins de Bourgueil.
Le lendemain, Dimanche 19 Mai, 8 heures, sous un ciel menaçant, s’élançaient les 750 vététistes et 250 marcheurs du 12èmePente et cote 2013 Rando-Raid VTT et Marche la « Pente et Côte ». Depuis maintenant 4 ans, l’événement est labélisé par VéloVert, magazine national spécialisé dans le VTT. C’est pour cette raison que de nombreuses personnes n’hésitent pas à faire le déplacement. La Bretagne était à l’honneur, mais aussi la Belgique et les Alpes Maritimes pour les plus éloignées. Chacun peut choisir son parcours en fonction de ses capacités et ses envies. Un parcours familial de 20km, 3 parcours rando (35,45 et 65km) et 4 parcours raid (80, 100, 120, 140 et 160km). Les pluies de la veille ont détrempé le terrain mais les vététistes présents pour l’événement y vont de bon coeur et n’hésitent pas à prendre des trajectoires tout en glisse. Le terrain, déjà technique et physique (dénivelé cumulé de 2400m pour les 140kms ) par temps sec, l’est encore plus avec cette quantité de boue. Ils seront pourtant plus d’une vingtaine à faire les circuits de plus de 120 km. Les ravitaillements bien achalandés permettent de recharger les batteries pour chacun et d’échanger avec les organisateurs sur la qualité du tracé et de l’organisation de l’événement.

P1330074L’association, fière de ce nouveau succès, tient à remercier ses partenaires et généreux donateurs sans qui une telle organisation n’est pas possible. Elle souhaite, par le biais de l’événement, valoriser le territoire du Pays de Bourgueil et son terroir si apprécié, tout en y partageant les valeurs du sport Nature. Avec une météo capricieuse, le rassemblement de plus de 1400 participants sur le Week-end donne encore plus d’énergie à l’équipe d’organisation qui promet de faire de la prochaine édition, un événement toujours plus fort!
En attendant l’année prochaine (les 7 et 8 Juin 2014), pour les adeptes de VTT et Marche, se déroulera à Saint-Nicolas-de-Bourgueil le Dimanche 22 Septembre, la Rando du Vau Jaumier. Les parcours, sur les traces de la « Pente et Côte », vous emmèneront sur la partie Ouest du circuit pour vous permettre de rouler une fois de plus sur les single-tracks du Rando-Raid et d’en découvrir de nouveaux.

A bientôt !
                                                                                                                                                                                                                L’équipe de Sport Nature Bourgueillois

Site internet :  http://www.sportnaturebourgueillois.fr
Facebook : http://www.facebook.com/WeekEnd.SportNatureBourgueillois
Contact : contact@sportnaturebourgueillois.fr
Tel : 06.65.93.94.83

TEXTE : Camille Blanc ( Copyright )

Egalement , le lien de toute les photos du VTT et du trail réalisées par Flavie Gervais ( photographe pro ) et par moi-même :

_TRAIL :https://picasaweb.google.com/107247422935667338521

_VTT : https://picasaweb.google.com/111248273763261461077


Mise à jour le 21/06/2012

ENCORE EN CONDITIONS  EXTREMES !!!

 Allez cette fois-ci direction Langeais pour la Troglodyte qui aurait dû s’appeler la Rando-Gadoue Printanière ! Le parking est déja blindé, je suis arrivé sur place vers 8H10. Je prépare le Cotic avec ses phares car il y a un passage de cave que j’adore. Je paie l’inscription et je part à 8h20.Je part pour le circuit 68 km.

On longe un lac sur notre droite, mais avec tout cette plui on avait l’impression qu’un autre lac c’était formé sur notre gauche ! Et evidemment , chemin innondé. On arrive devant la cave, j’allume les phares et pénètres dans les entrailles de la Terre. Il faut suivre une ligne blanche au sol. Certain virages sont très sérrer et la ligne est parfois difficile a voir car le tuffaut est de couleur crème. Plusieurs fois j’ai éviter la collision avec les parois :D. En ligne droite j’accélère, je descend les pignons jusqu’au prochain virage avec , en prime , un gros freinage. Le parcours en cave est de 2km environ mais on a l’impression d ‘en faire +. La sortie de cave s’approche et on l’aperçois . Je double gentillement un groupe de VTTistes sur la gauche. des bandes plastique faisant office de coup-vent ( comme dans les grandes surfaces pour accéder a la résèrve )  on été relevé mais seulement sur la moitié. Je me dit que je vais les franchir, le plastique semblant souple. BAM, et ben non, le plastoc est plutot dure, je m’en suis pris un en pleine poire ! 😀 Bilan : visière du casque arraché. J’ai pû la reclipser. La caméra qui était fixé sur le casque n’a rien. .

Allez , sortie de cave, extinction des phares et on part pour la suite du circuit. Les chemins sont blindés de flotte et de boue ! c’est que ca sur des dizaines de bornes. Un long ruisseau à traverser , pas très facile car le fond c’est plein de caillasses, mais qu’est ce su c’est terrible ! 😀  Perso, ca me plait bien ! 😀 Ca ne m’empeche pas de rouler à une allure élevée . 1er ravitaillement au bout de 13 km, trop court pour moi, je remplis ma gourde et je repart aussi tôt. La suite toujours le meme programme  : flotte , boue et de jolie glissade en virage 😀 ! Les descentes se font dévallent très rapidement, l’eau ayant chassé la boue, le sol est dure, donc permet une bonne vitesse. Je rattrape Sébastien sur le parcours et faisont quelques km ensemble jusqu’au Essards, puis je reprend le large.

Il y avait de nombreux passage de flotte à traverser, c’est pas mal, ca permet de laver le vélo. Voici un conseil pour franchir des chemins inondées. Rouler à allure modérer pour éviter la chute avec le contact de l’eau , surtout si elle est profonde. Choisissez une vitesse pas trop dure et pas trop molle, il faut qu’en meme un minimum pour une éventuelle relance, comme par exemple un contact avec des caillasses. Enfin rester en ligne droite car souvent dans ces chemins se trouvent des ornières . Donc évitez que Mère Nature vous force à prendre un bain ! 😀

La suite se révèle très ( trop ) roulante jusqu’a Bourgueil on l’on contourne la butte des Guérinière. Des Essards jusqu’au ravito suivant , pas mal de roulant. J’effectue la boucle pour les grands circuit dont le 68. Alléz je m’arrete au ravito. David, Sébastien, Ludovic Clément et Daniel me rejoignent également. Eux sont surpris de ma tenu refaite avec du torchis, enfin de la boue pour etre plus clair 😀 Le torchis c’est pas sur les fringues ca isole du froid et c’est écologique ! :D.

Trève de plaisanterie, nous repartons ensemble, certain filent sur le 46 et Sébatien et moi meme sur le 68 et 56 km. ON roule ensemble, sur le bitume, j’augmente le rythme. J’aperçois Seb au loin , mais il a l’air de tenir. 10km après le dernier ravito, je retourne a celui-ci. Je me dit  :  » merde , j’ai merdé !  » Je demande et j’ai louper  quelques chose car j’étais cencé repassé au Essart ! Ok pas grave, je décide de rejoindre les Essard par le bitume. Allez c’est parti pour une scéance de bitume. Chose que je n’apprécie pas beaucoup mais pas le choix. Je roule à 30 km/h, je coupe au Pont Boutard et j’avais vu juste, le circuit passait bien par là et j’ai pu rejoindre le circuit normal. A noter après le bitume à 30km/h, ma moyenne était monté à 21,4 km/h de moyenne depuis le départ ! Là, encore une bonne scéance de boue, mais celle-ci, bien liquide et bien profonde que se soit en descente , plat et montée. Avec le passage, ca a bien fait travaillé le terrain. Dans certain cote avec mon Michelin Wildracer à l’arrière, il c’est averé trop juste ( normal pour un pneu pour terrain sec ), donc je passait à pied.  On repasse par un passage déja emprunté un petit goullet bien sérrer en lacet et bien boueux. Je met peu de frein dans cette situation , c’est passé nickel. Je rejoins le dernier ravito.

Après ce ravito, on se rapproche de Langeais, donc là, le circuit se révèle moins roulant et + de boue comme au début, tant mieux :D. Sous le passage de l’autoroute, en légère descente et en courbe, je suis passé très très vite, surtout qu’en sortie de virage, ca glissait et je suis passé sur une plaque en béton protègeant une buse pour la circulation de l’eau de pluie. Après ce ravito, on se rapproche de Langeais, donc là, le circuit se révèle moins roulant et + de boue comme au début, tant mieux :D. Sous le passage de l’autoroute, en légère descente et en courbe, je suis passé très très vite, surtout qu’en sortie de virage, ca glissait et je suis passé sur une plaque en béton protègeant une buse pour la circulation de l’eau de pluie. La forme est toujours là, je tape dans mes résèrves, tant qu’a faire, je maintiens une vitesse élevé, mais en déscente, boue ou pas boue…. et en montée. Dans une monté oû pas mal de gens était a pied, je suis passé sans problème. Je remercie touts ces gens à ce moment pour s’etre écarté après leur avoir dit que je montait. Vers la fin , un passage que j’adore qui se trouve après une ferme avec des chèvres, pareil beaucoup de boue , peu de frein je passe sans trop réfléchir. Adhérence précaire, pas de problème je gère. La rivière, 1ere fois que je la voyait en eau. La cote au bout, balèze par contre, en sec sa passe mais là… j’ai abdiqué. Une fois en haut, je repart aussi sec vers la dernière déscente, la descente du Frou ! 😀 Ca j’aime bien 😀 . Cette descente est bien raide avec des virages à 90 degrées. Je m’engage dans celle-ci, gros freinage au bout je raccélère et 2eme gros freinage. 0 l’accélération, je me fais surprendre pars des grosses pavasses dans la trajectoire, j’en esqive une mais pas l’autre, elle me déséquilibre et me fait éjecter de vélo. Par grave , je ai rien et je termine ce passage et je rejoind l’arrivée .

A l’arrivé, je ne passa pas inapercu avec ma tenu torchis ! 😀 Les orga se dirgent vers moi, pour une photo, puis me demander quel circuit je viens de faire. Je leur dit que j’ai fait le 68 km , mais je me suis planté a un endroit, j’ai fais 10 bornes de + ! Soit 78 km ! Les orgas étaient très surpris qu’une personne ( voir d’autre qui se soit planté également ) fasse 78 km en une matinée. Surtout que pour ma part, je n’aime pas les longues distances. Mais sachant que le terrain était assez roulant et que j’était en forme, ca ne m’a pas empeché de les faire ces 80 bornes ! Pour info mon circuit d’entrainement fait 48 km ( sans le retour par la route , soit 7km ) avec un D+ de 912m. Mon circuit en sec est plus balèze que 80 bornes à Langeais en conditions très humides. Pour ceux qui ne le savent toujours pas, je roule toujours en monoplateau.

Voila pour cette rando très boueuse. Après avoir fait Bréhémont puis Langeais, plus rien ne peux nous arreter pour le reste de l’année! 😀 Mais cela change de rouler dans la boue, les sensations ne sont pas les même que sur le sec, ca permet de pimenter les sorties ! 😀  Comme a Bréhémont , il y avait moins de participants . Merci à eux d’avoir braver la boue, preuve que cela n’arrete pas tout le monde.

Coté matos, il prend qu’en même cher, mes 2 paires de plaquettes sont mortes ( elles avaient 940 km) et un roulement de pédalier installé recemment ( un ancien roulement qui était stocker en cas d’urgence , il a  5000 km, mais était bon )  ,c’est grippé. Pareil pour le jeu de direction ou pas mal de trace de corrosion était présent.

LES CHIFFRES :

_78,05km
_3h50m
_20,36 km/h de moyenne
_41,69km/h vitesse max
_81 T/m en cadence de pédalage moyen
_859 m de D+

LIENS :

Vous retrouverez ici le compte rendu des sentiers langeaisiens : http://sentierslangeaisiens.fr/

Et celui de Batarami37 : http://batarami37.wordpress.com/

LA VIDEO :

Voici, avec du retard la vidéo de Langeais : https://vimeo.com/44416056

LES PHOTOS :

Galerie de photos des membre de l’AC Bourgueil présent à cette rando.