Archives de la catégorie ‘RANDOS’


Avec du retard ( pas trop eu le choix car préparation de notre rando la Pente et Cote ) le CR de cette bonne rando les Démons de Gueret qui se déroulait à la Chapelle Taillefert au sud de Gueret dans la Creuse ( 23 )

 

Le départ pour le circuit 50km étant à 9H30, ca me laisse du temps pour partir le matin même. Cette rando m’a servi également d’entrainement pour la Granit Montana le 15 juin. Moi qui est pas trop à faire autant de dénivellé , c’est la bonne occasion cette rando.

Sur la moitié du chemin ( soit 250 km ) que du brouillard jusqu’a Gueret. Après, plus rien, ciel dégagé et ensoleilé. Une chance , ca allait me permettre de voir une partie du paysage 😉

J’arrive sur place , après avoir tourner pas mal de fois car la Chapelle Taillefert est plutot mal indiqué ! Bon pas trop grave je trouve la route qu’il fallait par hasard.  Je me gare à l’arrache sur le bas-coté proche du départ.une fois inscrit, retour à la voiture pour se changer.

L’heure du départ approche, je me place sur la ligne de départ.9H30, on part en group escorter par le quad ouvreur qui nous àmène jusqu’au 1er chemin. Le quad nous indique la direction à prendre, et là on commence a accélerer. Le début commence bien une cote suivi d’un single sympa.

La suite se corse de plus en plus, des montées interminable, quand on a pas l’habitude ca fait tout drole ! 🙂 Bon ce qui me plait le plus, se sont les descentes !!! plus ou moins cassante, mais je me suis vraiment lacher ! 🙂 Ca j’adore !  Mes préférés sont les cassantes car ca fait des sauts . La moindre pierre, dalle , racinne je m’amusait a le sautait jusqu’a prendre des risques !!! Malheureusement au km 18, les emmerdes commencent !!! Une coupure sur le pneu avant que j’avais réparé n’a pas tenu, et meme malgré du produit préventif en plus mis la veille.Le pneu se dégonfle lentement, dans les descentes cassantes , ca devient de plus en plus dangereux, la direction était de plus en plus flou et imprescise ! Mais d’un coté ca me fesait chier de descendre au ralenti donc j’attaquais quand meme ! KM20 allez, dérailleur completement détendu !!! Je m’arrete pour examiner. J’entreprend le démontage de la chape pour remettre le ressort de rappel qui est sorti de son logement .Une fois remis en place je teste, il resaute !!! Bon bah c’est foutu ( Pour info je pense savoir pourquoi , chaine un peu trop courte ce qui engendrait une tension élevé a ce ressort ) . J’en profite pour regonfler l’avant. Et je tiens à dire que pas mal de personne me demandait si ca allait, certain se sont meme arretés 🙂 Des gens du Poitoou m’ont reconnu car je fais parti de l’organisation de la Pente et Cote. ( petite info pour ceux qui veule démonter une chape de dérailleur sur les modèles en Shadow +) regardé mon article : https://metalrutilant.wordpress.com/2012/10/27/remplacement-chape-derailleur-shimano-xtr-shadow/

Comme le dérailleur était irréparable sur place, je décide  continuer pour rejoindre les 1er ravito. Et la 3eme emmerdes de la matiné arrive : déjantage du pneu avant, donc arret et mise en place d’une chambre ! Le pneu est déguelasse et pleu de boue ! Cava etre beau cette installation ! 🙂 Je met cette chambre, avec de la merde dans le pneu, j’en chie sévère pour remettre le pneu en place , les moustiques et autre bestioles volantes de merde ne m’on pas loupé !!!

Une fois au ravito, je demande pour rentrer direct. On m’indique le chemin , je dois prendre au sud puis à l’ouest. si je me perd j’ai ma montre pour me reperer. On m’annonce qu’il y a + de desnente que de monter. Bon ca, ca m’arrange. Je rentre apr la route lentement et je profite du paysage, une chance qu’il n’y avait pas de brouillard 🙂 . L’arrivé est proche, je fais la dernière parti technique composé d’un escargot , d’une bascule , une petite montée raide et de franchissement de palette, tout a été fait sur le vélo mais c’était d’une grande simplicité 😉

Je regrde les résultats du tirage au sort, perdu , bon ca ca ne m’étonne pas ! 🙂 🙂 :).

Pour finir, le peu que j’ai fais était vraiment très bien et je reviendrais en 2015.


Voici un petit compte-rendu sur cette rando.

Tout d’abord en me garant, j’aperçois un magnifique Production Privée Shan. J’en profite pour discuter avec le proprietaire du vélo en me disnat qu’il est ravi de ce cadre.

Une fois payé je part sur le 55km. Le départ est identique qu’en 2012 un petit tour sur les quais de la Loire puis un petit tour dans le secteur avant d’aller rejoindre la foret de Chinon.

1er ravito au bout de 15 bornes , un peu tot mais bon pas trop grave, la cote avantce ravito était sympa, étroit et plus raide vers la fin. Je repars rapidement, les chemins sont défoncés par le passage d’engin forestiers , ce qui a créer de grosses ornières bien sec en + ! Donc faut savoir viser 🙂 Allez les 1er single arrivent, cool, j’en profite pour augmenter ma vitesse en passant le plus fluide possible.

 Mais je constate qu’il manque quelque chose ! Aucun torrent d’eau, en 2012, avec les fortes précipitations on avait eu droit a de gros torrent de flotte en travers des chemins, a certain endroit on avait de l’eau jusqu’au genou ! ca c’est du sport !!! Mais j’ai quand meme porté réclamations à l’organisateur car cette année c’est trop facile et pas assez extreme sans ces torrents. 🙂 Je souhaite les revoir en 2014 🙂

Sur le parcours , je rejoinds un jeune qui roule pas trop mal, je décide de le suivre, le rythme est élevé, mais prend l’avantage dans la fin des cotes et sur le roulant,  ca fait un bon entrainement au final. On a  roulé ensemble sur 15 km jusqu’au ravitaillement. Ma moyenne au ravito est à 20.5km/h

La suite du circuit , pareil que la 1ere de très bon singles, à gogo de bonne descntes etc etc. Au km 43 après la voie ferrée, un chemin que l’on prend en montant était très raviné par les pluies. Donc le chemin était creusé et laissait les caillasses en surface, ce qui fait un bon chemin trialisant. Je roule dedans pour me faire un peu de franchissement ( ca m’amuse ! 🙂 ) Ver le milieu de cette cote, je passe par dessus le guidon ! j’a pas trop compris, en fait j’était en danseuse, je passsait en force, peut etre trop de poids a l’avant mais la roue avant ou arrière se bloquée et hop tranbfert de masse moi en avant le vélo est parti dans l’autre sens !!! Dans la chute ma main gauche a tapé violamment le sol sur les caillasse ! Impossible pour moi de continuer car je ne pouvais pas m’appuyer sur le cintre. Je décide don d’arreter et d’aller direct a Bréhémont par la route car je roulais du coup , avec une main . Vers la fin , 2 personnes m’ont aidée a franchir des digues puis a rejoindre l’arrivé, je les remercie si ils me lise 😉

Une fois arrivé, un p’tit rosé quand meme puis la spécialité du secteur ( j’ai perdu le nom par contre )

Voila pour conclure, excellent rando qu’il faut aller participé si vous voulez du bon singles.

Les chiffres :

_Distance parcourue : 49.86km

_Temps parcourue : 2H35m

_Moyenne : 19.25km/h

_Vitesse max. : 52,06km/h

_D+ : 758m


De la boue oui, mais moins qu’a la Troglodyte.

Cr de cette rando, Sur le parking je rejoind Ludo venu faire les 54 km, Daniel et d’autres personnes du club qui sont venu un peu plus tard.

Rendez-vous toujours près d’une église, je m’inscris et l’orga avait mis en place les cartes des circuits dans cette église. Les cartes devaient faire au moins 2 à 3 m2 !!! Là on ne pouvait pas les louper 🙂

Je part tôt, 8H15, comme ça j’évite les éventuels bouchons. Il faisait un peu sombre, dans certaine descente on ne voyait pas grand chose surtout en sous-bois, la lecture du terrain était plus difficle, mais ca c’est pas grave. Le début du circuit à un peu évolué. On retrouve des chemins empruntés par la Troglodyte mais en plus sec, dommage. Surtout le ruisseau plein de pierre qui était à sec ce jour. Vu la boue présente, j’avais bien fais de monter un pneu neuf à l’arrière ( Michelin WilGrip’r Advanced 2.10 ).

1er ravito au bout de 8km, ca fait un peu tôt, je prend un verre de flotte et je repart. Avant ca, un bon petit passage technique en virage a 90°. Un petit conseil pour le passer correctement, il faut placer la roue avant au dessus du creux et placer l’arrière dans ce creux, laisser faire le vélo puis bien gérer la direction quand le vélo se redresse.

La suite se présente assez roulante, beaucoup de chemin herbeux, voir un peu trop. Dès qu’il y a moins de flotte et de boue ca devient trop facile. Mais quelques passage sympa à noter. 2eme ravito, qui est au même endroit que le 1er, j’ai 37km au compteur. Là, Spinman me rejoind, il avait l’air content de rouler 🙂 on discute 5 min. Allez je repars au risque de me refroidir. On repart direct sur une côte puis du technique. Un passage sous l’autoroute est bien sympa, en falun et en courbe, pas facile à prendre à haute vitesse car on avait vite fait de se retrouver dans les buissons ! 🙂 Puis une belle descente se prenant au moins à 40-45 km/h se présente jusqu’a une route. Un peu de bitume avant de remonter d’un coup, en coup-de-cul se présente, j’accélère , je me jète dedans et ca passe à l’aise. Une longue côte continue ce coup de cul. La fin est bien connu , un très bon passage technique, mais le ruisseau était à sec. On était de rouler dans ce ruisseau asséché car un arbre en travers bloquait le passage.A un moment,  j’ai dû louper une pancarte de changement de direction  ou alors elle était mal placée, mais je me suis retrouvé au départ, j’ai  loupé la boucle d’Avrillé ! Au final j’ai 45 km au lieu des 60 prévu. Un peu déçu mais bon pas trop grave.

En gros , circuit qu’en meme plaisant ( meme si un peu trop de portion roulante, c’est mon avis perso 😉 ) , de bon p’tit passage technique sympa, j’ai bien aimé le petit  coup-de-cul se prenant avec de la vitesse près d’une route, la courbe sous l’autoroute, le goulet près du 1er ravito et le dernier passage avant l’arrivé ( j’en ai peut etre oublié d’en citer )  tout comme les descentes. De la boue bien présente oui, mais pas assez à mon gout comme à la trogodyte, car plus c’est extreme plus j’aime 🙂 🙂 🙂 !!! Pour ca , les orgas ne peuvent pas faire grand chose 🙂 Ravito toujours bien fournis mais j’ai pas vu la bouteille de  rouge par contre :).

Les chiffres : 

_Distance parcourue : 45,27km

_Temps parcourue : 2H24m17s

_Moyenne : 18,82km/h

_Vitesse max : 43,49km/h

_Cadence pédalege moyenne : 80T/min

_Dénivellé + : 563m

_Alti max : 91m

Liens :

Voici différents liens de cette rando , le site de l’organisateur puis, celui de Batarami.

_http://sentierslangeaisiens.fr/gadoue%202.html

_http://batarami37.wordpress.com/2012/11/18/c-r-rando-vtt-la-gadoue-2012-a-langeais-37/

RANDO LA GENNI’ALE 2012

Publié: 4 septembre 2012 dans RANDOS

Voici un petit CR de cette excellente rando.

8H arrivé sur le parking avec Julie qui s’annonce déja bien plein. Le temps magnifique, un peu frais , était au rendez-vous. Nour prenons les vélos pour s’incrire, en franchissant le pont on apercevais au loin, sur les quais la zone de départ. Le cadre étant magnifique. 4 euros l’inscriptions pour le 64 km reste très abordable. 

Nous aperçevons une grand partie du club de Bourgueil, une bonne 15aines présent sur cette rando c’est cool. J’aperçois quelques tetes connu comme Lolofz et son Sunn Titane, Domi49 avec son sobre tout rigide en single speed.

A noter la présence de Marcus et de son stand assez rempli en matos dont il offrait une boite de 5 pates de fruit bio à tout les participants.

Allez très de plaisanterie, faut bien y aller, 8H30 on va pas coucher sur place on décide de partir. Au bout de quelques km déja du single, c’est bon ca. La suite s’annonce comme le début ,du single du single et encore du single. Les chemins sont très secs dont ca envoiait pas mal. le 1er ravito se présente, beaucoup de monde. Une personne que j’ai connu à la rando de Bréhémont me salut, je ne l’avait pas reconnu sur le coup. La suite se révèle extraordinaire! des putains de chemins avec virages sur-élevés, bosselés et avec de la bonne caillasses se pérsentait devant ma roue. Tout se secteur je l’ai fait avec Niw et son NGN TS. le rythme est bon voir élevés, on se tire la bourre avec d’autres participants pendants plusierus kilomètres mais abandonne vite. Voici maintenant la montée infernal. Un longue cote sous une ligne a haute tension jonché d’un tas de poussière et de caillasses. Certains participants me disent de passer à droite, donc jke passe a droite mais mets vite pieds à terre car tyrop de caillesses. Je reéssaye mais en passant vers la gauche et avec un peu moins de vitesse. Ca y est je suis en plein dedans, l’adhrénce est précaire vu mon pneu arrière à moitié usé, je garde le cap , à certain moment je suis presque à l’arret mais j’arrive a repartir. Malheureusement je me suis arreter au delà des 3/4 de cette coté mais j’avais franchi la limite à atteindre, c’était bon pour moi ! Ouf !!! Pour info ma transmission et composé d’un monoplateau de 36 dents et d’une cassette 10V 11*34.

En haut de cette coté , je rencontre Ché34 avec son beau Sobre Spam blanc, c’est vrai qu’en blanc ca pète pas mal. Nous discutons 10minutes avant de repartir avec Niw qui était en forme .

La suite de cette rando se ressemble comme le 1er paragraphe, du single du single et encore du single. A noter une très belle chute d’un concurrent se plantant dans une descente. assez impressionnant comme chute !! Par contre les 15 derniers km sont trop roulantes, routes et chemins forestiers se répèe trop pour cette fin. De plus je n’avais plus d’eau dans ma gourde donbc la forme est descendu très vite au point de rouelr au ralenti. Niw à pris le large, je n’ai pas pu le suivre.

Ca y est l’arrivé est en vu. j’attends Julie pour prendre un repas. Des membres de l’AC Bourgueil arrive également,  nous en profitons pour prendre une excellente bière artisanal bien fraîche. Julie arrive a son tour. Nous prenons frites et sandwichs merguez avec un verre de cidre, qui était excellent d’ailleurs.

Voila de ce que je pouvais dire de cette excellente rando. Bonne ambiance très nombreux singles et le challenge de la cote impossible permet de ce dépasser. En parlant de cette cote, sur 750 participants seul 12 dont de 2 Bourgueil ( moi compris ) ont réussi à la gravir. En prime nous étions récompensé par un sac avec une bouteille de vins blancs.

Je relève également quelques point négatifs, un peu trop de bouchons, pour les éviter partir avant 8H et les 15 derniers kilomètres du circuit 64 trop roulant.

Je vous donne mes chiffres :

_Distance parcourue : 63,35 km

_Temps parcourue : 3H20m08s

_Moyenne : 18,98km/h

_vitesse max : 47,54km

_Cadence de pédalage moyen : 80 Tours/minutes

_D+ : 976m

_Altitude max : 75m

_pulsations moyen : 175

_puls max : 203

PHOTOS :



DU TECHNIQUE, EN VEUX-TU  EN VOILA !!!

Allez , direction, Reugny pour la Casse-pattes et ses passages techniques qui portent très bien leurs noms ! J’arrive sur le parking, Blaff , Manag et Trambert sont déjà là. Un réglage de fourchez pour la RS de Blaff qui trouvait sa fourche trop souple, je la regonfle et cela lui convient mieux. Je prépare le Cotic ( en 2011, j’avais roulé avec le Commençal VIP en parcourant 5 bornes , 1crevaison par pneu, je suis retourné à la voiture pour prendre le Commençal Ramones CRMO ) , puis la caméra sur le casque.

LE CIRCUIT :

Je file aux inscriptions mais j’apercois le reste du fofo 37, composé de Eric et les autres,  j’ai oublié les noms, pour un kawa. Ne prenans pas de café, je file aux inscriptions. Et je part sans trainer. Début roulant comme d’habitude sur les 1er km. Ca y est 1er passage technique, franchissement de fossé en diagonal sur plusieurs centaines de mètres. 2eme passages , on descent dans un ruisseau assécher jonché de caillasses, excellent ca passe très bien et sans problème.

La suite un faux plat suivi de slalom entre les arbres puis 2 passages ur la gauche ( facultatif ). On ne passe plus dans la propriété d’un chateau. Dommage car terrain sympa. Donc on prend la route.

Les passages technico-ludiques se renforce, plus hard les uns des autres. Beaucoup de passages de ruisseau à sec, donc toutes les caillasses + racines dépassait les 10-15 cm du sol, sans compter les drops qui se sautaient facilement ! Excellent ses passages, j’adore ! 😀 Et c’est sur ce type de terrain qu’on ressent très bien le confort de l’acier, cette matière filtre tout et permet de passer sans trop se faire secouer le corps. Les virages sont assez serrés, je les enroulent, les arbres passent très près. Les cotes également sont assez raides et tirent pas mal. J’ai dû louper quelques passages je pense car , je ne suis pas passer par 2-3 sauts en descente, tant pis. C’est peut etre pour ca que j’ai trouvé le circuit plus roulant qu’en 2011.

Ce circuit , d’une longueur de 30km pouvait se parcourir plusieurs fois ( le record est de 4 tours !!! ), J’ai fais un seul tour suite à des problèmes de freins ! J’avais prévu d’en faire 2. Retour au circuit . En fait il se compose d’un bout de roulant et d’un bout de technqiue, c’est que ca sur 30 bornes.

LA SPECIALE :

Le circuit étant fini, je me dirige vers la spéciale qui compte pour le challenge du 37. J’attends une dizaine de minutes avant mon tour. Allez c’est partit ! Départ sur un faux plat sur 150m environ, je part pas trop vite pour ne pas me griller d’entrée de jeu. J’ai oublier d’allumer la cam’ ( c’est pour cela qu’il n’y a pas le début sur la vidéo ), le début a changé, fini la grande descnte bien raide, place à un jolie dévers, perso, ca ne me gène pas plus que ca ! 😀 puis coup-de cul, ca c’est nouveau, merde, pas assez d’élan, je monte à pied. La suite de cette spécial se compose de faux plat et de roulant, je relance, je ne lache rien, je tiens bon le rythme sur le roulant. Au bout place aux techniques, avec en entrée , saut type enduro , techniques et descntes ! Ok, je lache les freins, déja que j’en avaient pas beaucoup, je ne pouvais pas lacher grand chose ! :D, les sauts se passes d’un rien , le 2eme trop bien, c’est une table et j’ai aterris à plat ! pas grave j’ai gagner du temps au moins ! 😀 allez , on entre dans un passage type half-pipe, ces satanés freins m’empeche de passer avec fluidité, sois trop de vitesse sois trop freins !!! Dernier passages, je me plante comme une merde !!! Et oui , trop de vitesse puis une racines en plein dans la trajos, je me précipite à monter, au 1er coup d’oeil je croyait le levier de frein carbone péter !! mais non il était seulement déclipser. Je passe la ligne un peu décu ! On m’annonce mon temps : 4mn42s ! 1er au scratch provisoire .La vache, malgré un passe monté à pied, les problèmes de freins puis cette chute de malheur je me suis très bien classé. Mais je termine au final, 2eme au scratch,1er en Sénior, c’est Thomas Blondeau qui remporte le scratch,1er en Master 1 avec un temps de 4mn 19s ! , mais tout le monde s’en doutait, moi le 1er 😀

A noter la belle place du rédacteur du blog Batarami37 ( http://batarami37.wordpress.com/ ), avec un temps de 5mn51s, il  prend une honorable 15e place et 2eme en catégorie Master 4

Morgan Soares de l’UCJT , que je connait également,  prend la 9eme place au scratch et 4e master 1.

Les résultats sont visibles sur le blog du VS Nouzilly : http://vs-nouzilly.skyrock.com/

Enfin, c’est la 2eme année consécutive que je remporte la spéciale de Reugny en catégorie sénior sur des vtt en acier. ( Ramones CRMO en 2011, Cotic Soul en 2012 )

LES CHIFFRES :

Rando + spéciale ( longueur de la spéciale : 1 300 mètres )

_Distance parcourue : 33.74km

_Temps parcouru : 1h49mn

_Moyenne : 18.62km/h

_Vitesse max : 44,14km/h

_Dénivellé + : 549 m

_Alti max : 117 m

Vidéo :

Voici ma vidéo de la casse pattes. Désolé pour la qualité, mais pas le choix de convertir les fichiers pour que cela soit comptatible avec WMMaker sous XP.

https://vimeo.com/42269311

PHOTOS :


Mise à jour le 21/06/2012

ENCORE EN CONDITIONS  EXTREMES !!!

 Allez cette fois-ci direction Langeais pour la Troglodyte qui aurait dû s’appeler la Rando-Gadoue Printanière ! Le parking est déja blindé, je suis arrivé sur place vers 8H10. Je prépare le Cotic avec ses phares car il y a un passage de cave que j’adore. Je paie l’inscription et je part à 8h20.Je part pour le circuit 68 km.

On longe un lac sur notre droite, mais avec tout cette plui on avait l’impression qu’un autre lac c’était formé sur notre gauche ! Et evidemment , chemin innondé. On arrive devant la cave, j’allume les phares et pénètres dans les entrailles de la Terre. Il faut suivre une ligne blanche au sol. Certain virages sont très sérrer et la ligne est parfois difficile a voir car le tuffaut est de couleur crème. Plusieurs fois j’ai éviter la collision avec les parois :D. En ligne droite j’accélère, je descend les pignons jusqu’au prochain virage avec , en prime , un gros freinage. Le parcours en cave est de 2km environ mais on a l’impression d ‘en faire +. La sortie de cave s’approche et on l’aperçois . Je double gentillement un groupe de VTTistes sur la gauche. des bandes plastique faisant office de coup-vent ( comme dans les grandes surfaces pour accéder a la résèrve )  on été relevé mais seulement sur la moitié. Je me dit que je vais les franchir, le plastique semblant souple. BAM, et ben non, le plastoc est plutot dure, je m’en suis pris un en pleine poire ! 😀 Bilan : visière du casque arraché. J’ai pû la reclipser. La caméra qui était fixé sur le casque n’a rien. .

Allez , sortie de cave, extinction des phares et on part pour la suite du circuit. Les chemins sont blindés de flotte et de boue ! c’est que ca sur des dizaines de bornes. Un long ruisseau à traverser , pas très facile car le fond c’est plein de caillasses, mais qu’est ce su c’est terrible ! 😀  Perso, ca me plait bien ! 😀 Ca ne m’empeche pas de rouler à une allure élevée . 1er ravitaillement au bout de 13 km, trop court pour moi, je remplis ma gourde et je repart aussi tôt. La suite toujours le meme programme  : flotte , boue et de jolie glissade en virage 😀 ! Les descentes se font dévallent très rapidement, l’eau ayant chassé la boue, le sol est dure, donc permet une bonne vitesse. Je rattrape Sébastien sur le parcours et faisont quelques km ensemble jusqu’au Essards, puis je reprend le large.

Il y avait de nombreux passage de flotte à traverser, c’est pas mal, ca permet de laver le vélo. Voici un conseil pour franchir des chemins inondées. Rouler à allure modérer pour éviter la chute avec le contact de l’eau , surtout si elle est profonde. Choisissez une vitesse pas trop dure et pas trop molle, il faut qu’en meme un minimum pour une éventuelle relance, comme par exemple un contact avec des caillasses. Enfin rester en ligne droite car souvent dans ces chemins se trouvent des ornières . Donc évitez que Mère Nature vous force à prendre un bain ! 😀

La suite se révèle très ( trop ) roulante jusqu’a Bourgueil on l’on contourne la butte des Guérinière. Des Essards jusqu’au ravito suivant , pas mal de roulant. J’effectue la boucle pour les grands circuit dont le 68. Alléz je m’arrete au ravito. David, Sébastien, Ludovic Clément et Daniel me rejoignent également. Eux sont surpris de ma tenu refaite avec du torchis, enfin de la boue pour etre plus clair 😀 Le torchis c’est pas sur les fringues ca isole du froid et c’est écologique ! :D.

Trève de plaisanterie, nous repartons ensemble, certain filent sur le 46 et Sébatien et moi meme sur le 68 et 56 km. ON roule ensemble, sur le bitume, j’augmente le rythme. J’aperçois Seb au loin , mais il a l’air de tenir. 10km après le dernier ravito, je retourne a celui-ci. Je me dit  :  » merde , j’ai merdé !  » Je demande et j’ai louper  quelques chose car j’étais cencé repassé au Essart ! Ok pas grave, je décide de rejoindre les Essard par le bitume. Allez c’est parti pour une scéance de bitume. Chose que je n’apprécie pas beaucoup mais pas le choix. Je roule à 30 km/h, je coupe au Pont Boutard et j’avais vu juste, le circuit passait bien par là et j’ai pu rejoindre le circuit normal. A noter après le bitume à 30km/h, ma moyenne était monté à 21,4 km/h de moyenne depuis le départ ! Là, encore une bonne scéance de boue, mais celle-ci, bien liquide et bien profonde que se soit en descente , plat et montée. Avec le passage, ca a bien fait travaillé le terrain. Dans certain cote avec mon Michelin Wildracer à l’arrière, il c’est averé trop juste ( normal pour un pneu pour terrain sec ), donc je passait à pied.  On repasse par un passage déja emprunté un petit goullet bien sérrer en lacet et bien boueux. Je met peu de frein dans cette situation , c’est passé nickel. Je rejoins le dernier ravito.

Après ce ravito, on se rapproche de Langeais, donc là, le circuit se révèle moins roulant et + de boue comme au début, tant mieux :D. Sous le passage de l’autoroute, en légère descente et en courbe, je suis passé très très vite, surtout qu’en sortie de virage, ca glissait et je suis passé sur une plaque en béton protègeant une buse pour la circulation de l’eau de pluie. Après ce ravito, on se rapproche de Langeais, donc là, le circuit se révèle moins roulant et + de boue comme au début, tant mieux :D. Sous le passage de l’autoroute, en légère descente et en courbe, je suis passé très très vite, surtout qu’en sortie de virage, ca glissait et je suis passé sur une plaque en béton protègeant une buse pour la circulation de l’eau de pluie. La forme est toujours là, je tape dans mes résèrves, tant qu’a faire, je maintiens une vitesse élevé, mais en déscente, boue ou pas boue…. et en montée. Dans une monté oû pas mal de gens était a pied, je suis passé sans problème. Je remercie touts ces gens à ce moment pour s’etre écarté après leur avoir dit que je montait. Vers la fin , un passage que j’adore qui se trouve après une ferme avec des chèvres, pareil beaucoup de boue , peu de frein je passe sans trop réfléchir. Adhérence précaire, pas de problème je gère. La rivière, 1ere fois que je la voyait en eau. La cote au bout, balèze par contre, en sec sa passe mais là… j’ai abdiqué. Une fois en haut, je repart aussi sec vers la dernière déscente, la descente du Frou ! 😀 Ca j’aime bien 😀 . Cette descente est bien raide avec des virages à 90 degrées. Je m’engage dans celle-ci, gros freinage au bout je raccélère et 2eme gros freinage. 0 l’accélération, je me fais surprendre pars des grosses pavasses dans la trajectoire, j’en esqive une mais pas l’autre, elle me déséquilibre et me fait éjecter de vélo. Par grave , je ai rien et je termine ce passage et je rejoind l’arrivée .

A l’arrivé, je ne passa pas inapercu avec ma tenu torchis ! 😀 Les orga se dirgent vers moi, pour une photo, puis me demander quel circuit je viens de faire. Je leur dit que j’ai fait le 68 km , mais je me suis planté a un endroit, j’ai fais 10 bornes de + ! Soit 78 km ! Les orgas étaient très surpris qu’une personne ( voir d’autre qui se soit planté également ) fasse 78 km en une matinée. Surtout que pour ma part, je n’aime pas les longues distances. Mais sachant que le terrain était assez roulant et que j’était en forme, ca ne m’a pas empeché de les faire ces 80 bornes ! Pour info mon circuit d’entrainement fait 48 km ( sans le retour par la route , soit 7km ) avec un D+ de 912m. Mon circuit en sec est plus balèze que 80 bornes à Langeais en conditions très humides. Pour ceux qui ne le savent toujours pas, je roule toujours en monoplateau.

Voila pour cette rando très boueuse. Après avoir fait Bréhémont puis Langeais, plus rien ne peux nous arreter pour le reste de l’année! 😀 Mais cela change de rouler dans la boue, les sensations ne sont pas les même que sur le sec, ca permet de pimenter les sorties ! 😀  Comme a Bréhémont , il y avait moins de participants . Merci à eux d’avoir braver la boue, preuve que cela n’arrete pas tout le monde.

Coté matos, il prend qu’en même cher, mes 2 paires de plaquettes sont mortes ( elles avaient 940 km) et un roulement de pédalier installé recemment ( un ancien roulement qui était stocker en cas d’urgence , il a  5000 km, mais était bon )  ,c’est grippé. Pareil pour le jeu de direction ou pas mal de trace de corrosion était présent.

LES CHIFFRES :

_78,05km
_3h50m
_20,36 km/h de moyenne
_41,69km/h vitesse max
_81 T/m en cadence de pédalage moyen
_859 m de D+

LIENS :

Vous retrouverez ici le compte rendu des sentiers langeaisiens : http://sentierslangeaisiens.fr/

Et celui de Batarami37 : http://batarami37.wordpress.com/

LA VIDEO :

Voici, avec du retard la vidéo de Langeais : https://vimeo.com/44416056

LES PHOTOS :

Galerie de photos des membre de l’AC Bourgueil présent à cette rando.

RANDO LES FOUS DU PIGNONS 2012

Publié: 29 avril 2012 dans RANDOS

LE VTT VERSION MAN VS WILD !!!

Allez, je me pointe sur place vers 8H30, pas de pluie, avec tous ce qui est tombé la veille, on a de la chance, mais c’est sur on ne s’attendait pas à rouler dans la poussière ! :D. Je paye l’inscription, retourne à la voiture pour terminé de me préparer et c’est partie pour 50km de ride.

On commence par du bitume et un joli quai de Loire avec ses beau pavés ! :D, ca secoue le corps, c’est bien comme échauffement ! 😀 Ca, c’est à garder. on continue par un peu de bitume, quelques chemins, pour l’instant rien d’extaordinaire. Ca y est une cote a franchir, de l’eau s’écoulait toujours depuis hier, au point d’avoir creuser le chemin, allez scéance de trial ,je roule dans la rigole, au moins le terrain et dure donc meilleur adhérence. Une fois en haut , on continue par du roulant et 1ere descente, bah, pareil que la montée, l’eau à défoncé le terrain, du coté droit de ce chemin 3 vttistes ( le groupe de Batarami je crois ), je les double par la gauche , là ou l’érosion etait le plus marqué, avec une visibilité a moitié réduite, j’ai descendu comme une balle, sans rien comprendre !!! La cote suivante je l’ai faites a moitier en burn , avec un pneu pour le sec pas étonnant, je faisait presque du surplace, j’avancait très lentement, mais ca passait sans trop de problème, puis ca m’a amuser ! 😀 Un franchissement de ruisseau avec au mois 20cm d’eau était à franchir. Nous rejoignons la Foret de Chinon.

Voila pour ces 10 premiers kilomètres certe roulante, mais la boue avait rendu les chemins très collants et glissants.

La suite.

Alors là, attention, un en mot : DU LOURD !!!!!!, ca se voit direct que se sont des vrais vttistes qui ont tracé le parcours. Mais je vais vous racontez dans l’ordre.

Arrivé près de la grande route en foret de Chinon, nous devions passer sur cette route dans le « tube ». mais il y avait presque 1.30 d’eau , + le courant qui passait dans ce tube, l’organisation à dû modifié le parcours en nous faisant passé sur cette route . Une personne de l’orga était toujours là pour nous faire traverser. A noter que certain vttistes de l’extremes sont passés dans le tube, a contre courant ! A la décharge de l’orga bien évidemment. Je continue, et l’eau coulait par mètre cube! presque des petits torrents, incroyable ! de plus on devait franchir ce torrent et certain bras de ce torrent passait le circuit, donc en montée, on roulant dans la flotte !!! Les sigles de qualités étaient bien au RDV , virages sinueux sur du plat comme en déscente, voir meme quelque sauts ! 😀 Avec le Cotic Soul aucun problème, un bon élan et vas-y que j’envoie. Les virages de ce sigles, je les prenaient tout en glisse. On continue de pédaler dans l’eau , dans la boue. Certain passage de gaie, ce faisait à pied car l’eau c’était accumulé a cette endroit, donc on passait a pied et j’avais de l’eau jusqu’au genoux ! Trop bons. Je remonte sur le bike, toujours dans la flotte, j’augment le rythme, l’adhérence est précaire mais ca passe. On retourne sur un jolie sigle avec racines et pierre qui dépassaient du sol, encore a un passage de folie, peu de frein et ca passe sans réfléchir. Encore un bon passage très ludique.

Batarami me rejoins, suite à mes problèmes de compteurs, il en profite pour me prendre en photos dans un bourbiers causé par l’ONF ! on roule un peu ensemble, on se retrouve dans un espèce de fossé terrible, très ludique avec des petits pifs-pafs voir des p’tits sauts sympa, riend etel qu’un passage comme celui-ci pour améliorer son pilotage. On se retrouve dans une grande allée, je mets du gaz, je prend a droite comme les flèche l’indique, je raccélère et au bout qu’est ce que je vois ? un gros torrent, je me dit :  » trop bien , on va se la faire 4×4 !  » je réduis ma vitesse, je ne voyait pas le fond. Je sent le courant me pousser en latéral, je ne voyait plus mon pédalier, il était sous l’eau ! 😀 . Au 3/4 de la traverser, je tappe une pierre m’obligeant a mettre pied à terre, enfin dans l’eau ! 😀 A ce moment, je m’aperçoit de la force du courant , à la limite de m’emporter, par contre le vélo commencait a partir et il a été dure de le retenir avec un bras ! Batarami me rejoins, et reprend des tophs ! Evidemment dans cette situation extremes, je ne peux m’empecher de faire le con ! Chose marrante avec Batarami, nous étions de chaque coté du torrent, et on essayait de communiqué, je peux vous dire que ce torrent faiasit énormément de bruit. En gros, ca donnait ca :

_Batarami : » KLDFGKLFJGLDFDJHOIT  » , je ne comprenais rien.

_Moi : » DE QUOI, J’ENTEND RIEN! »

_Batarami : » JGJGLKBJIITGJD  » ,Toujours rien compris 😀

_Moi : » J’ENTEND QUE DALLE !  » 😀

_Batarami : « KLDJGJGLJGRIJGB? » : j’entend toujours que dalle 😀 😀

_ Moi, :  » ATTENDS J’ARRIIIIIIIIVE  »

Et je retraverse à pied, pour me dire ce qu’il m’avait à dire, en fait c’était juste pour me dire si il pouvait mettre les photos de moi sur son blog ! 😀 Excellent. Et je retraverse le torrent à pied, oû ce putain de courant m’a bien failli m’emporter. Le con !!! 😀

Je repars et hop un autre single, des petits virages rigolos et au bout une cote, avec mes Michelin Wildracer, c’est trop juste, je monte a pied. 2eme ravito , je discute avec les gars, Batarami arrive également.

Ensuite , je repars . Cette fin de parcours ressemblait au début, du single à souhait, des chemins gorgées de flotte de boue, de passage de gué avec de l’eau jusqu’au genousx, de tout ce qu’on veux ! Trop bien. Les dernières cote étaient bien franchement car l’eau à fortement creusés ces chemins, donc on avait toutes les caillasses qui resortaient, par moment cela faisait des marches de presque  15cm. Donc encore une longue scéance de trial en assencion sur quelques côtes, et ca j’adore. Avec tout ce que j’ai avalée en technique de cette rando avec des vitesses assez élevées et dans ces conditions extremes , j’ai réussi à me péter la gueule sur un vulgaire chemin communale, dans une ornières !!! Comme dirait Jean Lefèvbres :  » J’ai glissé Chef ! » Par contre je ne suis pas passé loin de tomber dans un buisson bourré de ronces !

Par contre l’organisation aurait pu inviter Bear Grylls pour nous montrer des techniques de survies dans ces conditions, je pense qui lui aussi aurait aimer le parcours. Mais hors de question de bouffer des insectes en guise de ravitaillements ! 😀

Voila tout ce que j’avais a dire pour cette rando de malade, énormément de techniques, de singles déscendants, cassant, des sauts, des franchissements de torrents, des grosses glissades, j’était meme très content de rouler dans ces conditions, moi qui aime rouler en conditions extremes… Par contre , pas trop fatigués à l’arrivé , j’aurais bien fais 10 km de plus dans ces memes conditions.

Nous étions une cinquantaine, 50 à avoir bravés , la pluie, l’eau la boue, les singles techniques , les torrents etcetc. Ces 50 personnes ont eu le mérite de faire cette excellente rando jusqu’au bout, dont une femme qui était présente au Mont Sigou en septembre 2011 sous la flotte, a terminé son parcours de 35 km. Comme je l’ai dit sur une de mes viéos du Mont Sigou, ces 50 vttistes peuvent porter le nom de Hardi . Mais ou étaient les autres ? ou étaient les routards ? qu’on voit souvent sur des randos tout plate dans les alentours de Tours avec du soleil ! Ah c’est sur pour mettre du braquet comme ils disent , il y a du monde , mais dè qu’il y a 3 gouttes, y a plus personnes !!! Surtout dans la boue, un routier dans la boue, ben il est à l’agonie !!!! Enfin , je ne perd pas de temps a parler sur leur sort ……….

Donc je dit bravo a tout les participants de cette rando, on voits les vrais vttistes, ce qui aiment rouler dans toute les conditions pour se faire plaisir et aussi le plaisir de faire du VTT. Bravo également à l’organisateur , qui nons ont sortis du vrai VTT et qui a balisé la veille sous la pluie et malgré les litiges avec l’ONF.

A noter que pour moi, c’est la rando la plus extreme de l’année en termes de conditions météos et une des plus extrèmes avec la Pentes et Cotes en termes de qualité de circuit et de singles dans l’Indre-et Loire.

Voici mes chiffres :

_Distance : 47.13km

_Temps parcourue : 2h50m

_Moyenne : 16,60 km/h

_Vitesse max : 42,83km/h

_Moyenne cadence de pédalage : 78 T/m

_Dénivellé + : 679 m

Configuration du Soul :

_Pneu avant : Michelin Wildgriper 2 2.10 – pression : 1.2 bars

_Pneu arrière : Michelin WilRacer 2.00 – pression : 1.4 bars

_Plateau : 34 dents

_Cassette : 11*28 10V

DIVERS :

_Je vous invite à aller sur le site de Batarami, qui a rédiger son CR et a mis des photos.

http://batarami37.wordpress.com/2012/04/29/c-r-rando-vtt-de-brehemont-37-les-fous-du-pignons/

_Pour le vélo, il m’a fallu 1H pour qu’il retrouve son éclat rutliant, 45mn de lavage et 15 minutes de d’essuyage, de polishage et d’essuyage.